Ga naar de inhoud

16. Sorti de Paris

Après plus de deux mois et demi, mon séjour à Paris s’est achevé. J’y ai vécu dans deux endroits différents. Deux beaux endroits. J’ai commencé par un quartier assez central, dans le 9e arrondissement. Ensuite, j’ai déménagé à Belleville, dans le 19e arrondissement. C’est un endroit charmant, à bonne distance du Paris touristique, mais tout est à portée de main. Et maintenant, je suis de retour à la maison.
Et, … a-t-il été à la hauteur de vos espérances ? Comment avez-vous organisé vos journées ? Ai-je vu ce que je voulais voir ? Autant de questions légitimes, bien sûr, auxquelles je n’ai pas de réponses faciles. Poofff, délicat. Les gens veulent entendre des histoires, mais je ne suis pas un grand conteur. D’ailleurs, j’ai souvent du mal à écouter patiemment les histoires des autres. 

Pourtant, quel regard portez-vous sur ce séjour à Paris ?

Cela me rappelle le maître zen japonais qui parlait des mathématiques de point à point. Dans notre mode de pensée actuel (principalement occidental), nous allons souvent d’un point à un autre. Il est assez logique de commencer par l’étape suivante. Ensuite, vous examinez ce que vous avez accompli, vous vous demandez si c’est suffisant et vous passez à l’étape suivante. Il est alors plus facile de s’adapter lorsque le résultat diffère des attentes. La variante des mathématiques linéaires, à laquelle il s’est opposé, est beaucoup plus axée sur la croissance naturelle. Comme une plante qui réussit à pousser à travers un rocher. Cette petite plante ne planifie pas ses étapes intermédiaires, elle prend simplement le chemin qui s’offre à elle. 
Certaines questions restent sans réponse, parce que je ne suis pas allé à Paris pour aller d’un point à un autre, mais plutôt pour y être. J’ai vécu mon temps à Paris, j’ai vécu la ville. Les gens que j’ai vus, mais aussi ceux que je n’ai pas vus. Les endroits où je me suis mêlée et ceux où je me suis tenue à l’écart. Tout ce que j’ai perçu et tout ce qui est resté en dehors de ma perception. Et plus encore, tout cela compte autant ou pas du tout. Et c’est précisément ce total qui produit une expérience globale difficile à cerner.

Bien sûr, j’ai fait de très belles et très drôles rencontres. J’ai découvert des endroits uniques qui étaient là depuis longtemps. J’ai apprécié les cafés, les restaurants, le théâtre, la musique et l’art. J’ai aimé faire semblant d’y vivre pendant un certain temps. Je me suis sentie complètement à Paris et j’en ai profité pleinement. 
Au revoir.